Rebel Moon 2 a été piraté… et le coupable est Zack Snyder

6 min read

Alors que Rebel Moon Partie 2 : L’Entailleuse a fuité sur Internet pendant quelques instants, Netflix a révélé que le coupable n’était autre que Zack Snyder.

Qu’on aime ou pas ses ralentis esthétisés et ses photographies délavées, Zack Snyder est un auteur de cinéma affirmé. Et comme tout auteur de cinéma, il n’aime pas trop qu’on lui tienne tête, même quand ça veut dire adapter les plus grands super-héros du monde dans un film de quatre heures, attendre que le studio râle et remonte tout n’importe comment, se plaindre auprès des fans, et ressusciter le projet d’origine avec une campagne digne des plus grands politiciens.

Si le réalisateur n’a jamais caché sa déception face à l’avortement du DCEU, ça ne l’a pas empêché de faire des plans sur la comète auprès de Netflix avec son nouveau bébé Rebel Moon. Avant même la sortie du premier volet (et de sa suite tournée en même temps), le cinéaste a anticipé l’expansion de son univers par d’autres films, par des comics ou encore des jeux vidéo.

Zack Snyder a-t-il mis la charrue avant les boeufs ? Sans doute, car en plus d’avoir été écorné par la critique, Rebel Moon 1 a été une déception au niveau des vues par rapport à son budget de blockbuster. De quoi amener Netflix à réduire la voilure sur la seconde partie, L’Entailleuse, ce qui vient d’engendrer l’un des plus gros scandales de l’histoire de la plateforme. Explications.

 

 

Snyder Cut budgétaire

Oui, l’info circule depuis plusieurs heures : Zack Snyder a été renvoyé par Netflix, mais ce n’est pas dû au bide de Rebel Moon. Le 31 mars 2024, le cinéaste a assisté à une réunion avec les pontes du N rouge, et ceux-ci lui ont indiqué que la promotion de Rebel Moon 2 serait minimale, afin de réduire les pertes financières du projet. Dans la masse de contenus du service de streaming, le film est voué à être perdu dans les limbes avant même sa sortie.

Mais surtout, Netflix a refusé de financer et de sortir les versions longues, censées être présentées plus tard dans l’année. Pour rappel, ces montages alternatifs sont classés Rated-R, pour leur apport accru en sang, en nudité et en scènes de sexe. Pour Snyder, cette décision s’est révélée tout bonnement inacceptable, en plus d’être une atteinte à sa vision d’artiste et à l’originalité de son univers (osons le dire, on n’avait jamais pensé à relier Star Wars, Les Sept samouraïs, Leni Riefenstahl et Warhammer 40,000). Visiblement, le cinéaste aurait violemment quitté la réunion… avec un plan en tête.

 

Rebel Moon Partie 2 : L'Entailleuse : photo, Sofia Boutella“So we’re some kind of… Suicide Squad”

 

De retour chez lui, le cinéaste a annoncé que “la guerre était déclarée” dans une série de posts cryptiques sur le réseau social Vero (depuis supprimés). Il aurait également posté la couverture de son livre favori, La Source vive d’Ayn Rand. Dans le roman, le héros Howard Roark est un architecte intransigeant avec son art, au point de faire exploser un immeuble qui n’a pas respecté ses plans.

Inspiré par cette figure extrême, ainsi que par le sacrifice de Rorschach dans Watchmen (et la chouette Soren du Royaume de Ga’hoole, mais on a moins compris le rapport), Snyder a décidé de s’infiltrer dans le QG de Netflix durant la nuit. Les caméras de surveillance ont depuis confirmé l’intrusion du réalisateur, qui s’est servi d’un des tridents d’Aquaman issus du tournage de Justice League comme d’un pied-de-biche.

Une fois dans la salle des serveurs, l’artiste a récupéré Rebel Moon 2 sur son disque dur personnel (d’1 To tout de même), dans l’optique de le faire fuiter en ligne. Pour autant, la suite est encore plus étonnante. Sur le trajet du retour, Snyder aurait passé un coup de téléphone à Elon Musk. Le but ? Lui revendre ses parts de Vero pour plusieurs millions de dollars.

 

Rebel Moon Partie 2 : L'Entailleuse : photoLes Snyder contre les machines de Netflix

 

Cinéma guérilla

Il faut reconnaître que l’idée est assez brillante sur le papier : avec cet argent, Zack Snyder aurait prévu d’auto-financer les suites de Rebel Moon, tournées dans son jardin avec un fond vert accroché aux branches d’un arbre. Mais surtout, il souhaitait voir Musk transformer Vero en nouveau lieu saint des débats cinéphiles, afin d’y faire transparaître la même liesse des fans et la même bienveillance que sur Twitter/X.

Le plan était bien rôdé. À peine arrivé chez lui, le réalisateur a lancé un compte à rebours d’une heure sur Vero avant le leak de Rebel Moon 2, accompagné de la photo ci-dessous.

 

Rebel Moon Partie 2 : L'Entailleuse : scandale chez NetflixIl y a pas à dire : il a le sens du marketing Zack

 

Pendant ce laps de temps, les fans ont pu alimenter le financement participatif lancé par Snyder sur Ulule (parce qu’il aime les chouettes, encore une fois) pour lui permettre de finir les versions longues de ses deux films. Les réseaux sociaux du monde entier ont vu déferler le hashtag #ReleaseTheButtellaCut, en référence à une scène de nu de l’actrice Sofia Boutella. Selon le cinéaste, il s’agirait d’une scène de sexe “torride au ralenti” avec Jimmy, le robot incarné par Anthony Hopkins, qui aurait tenu à faire de la performance capture pour l’occasion.

Malheureusement, Zack Snyder n’a pas pu aller au bout de sa démarche. Ayant eu vent de l’effraction dans leurs locaux, Netflix a créé une cellule de crise, et a piraté l’ordinateur du cinéaste quelques minutes seulement après le lancement du film sur Internet.

Les rares témoignages disent que Rebel Moon 2 démarre sur un plan visionnaire et symbolique dont seul Snyder a le secret : une Voie lactée en forme de pénis, et l’arrivée impromptue d’un portail spatio-temporel qui évoque un urètre, et duquel émerge un vaisseau.

 

Rebel Moon Partie 2 : L'Entailleuse : photoAdieu Rebel Moon

 

Plus que jamais, le réalisateur semblait vouloir déconstruire une certaine idée du masculin, mais on n’en saura pas plus. En effet, Netflix a non seulement viré Zack Snyder pour faute grave, mais la firme lui intente un procès.

La sortie de Rebel Moon 2 est annulée, et tous ses films ont été supprimés de la plateforme (dont l’exclusivité Army of the Dead). En attendant d’en savoir plus sur les répercussions de cette histoire, il convient de voir en cette journée une triste défaite pour le cinéma et la liberté d’expression.

You May Also Like

More From Author