Saint-Côme à l’honneur de «La veillée de l’avant-veille»

Entrez, entrez, les dames auront encore chaud ! Pour une 26e édition, Le Vent du Nord convie gigueurs et gigueuses au Club Soda pour sa traditionnelle Veillée de l’avant-veille, la grande soirée de musiques et de danses folkloriques à se tenir dans la métropole durant le temps des Fêtes. Session de danse dès 22 h 30 avec notamment l’icône de l’accordéon diatonique Gaston Nolet, bénédiction du Nouvel An offerte par la comédienne Ariel Charest et, dès 20 h 30, une performance du collectif Hommage aux aînés.

Qui ça ? Hommage aux aînés. Le plus grand groupe inconnu de la scène musicale québécoise, dont les membres sont tous originaires du village de Saint-Côme. « Comment je pourrais bien t’expliquer ça ? » hésite un moment Nicolas Boulerice, chanteur et vielleux du Vent du Nord. « Dans le village de Saint-Côme, il s’est passé quelque chose comme dans le village d’Astérix et Obélix : on dirait qu’ils ont bu la potion magique. Pour vrai, je ne comprends pas, tout le monde chante à Saint-Côme ! »

La petite municipalité de 2500 habitants enracinée dans Lanaudière se targue même d’être la « capitale québécoise de la chanson traditionnelle », au point d’avoir fait adopter par son conseil municipal un règlement (le 541-2014) « identifiant la pratique du chant traditionnel comme élément important et significatif de son patrimoine » en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel, adoptée celle-là par le gouvernement du Québec en 2011.

« Et dans ce coin de notre monde, y a des familles de souche qui possèdent un répertoire de chansons hallucinant, poursuit Boulerice. Hommage aux aînés, c’est la réunion d’un paquet de membres de ces familles qui viennent chanter pour nous. Depuis vingt-cinq ans, ils remplissent des salles dans Lanaudière et vendent une quantité phénoménale de disques au dépanneur ou chez le boucher, tu vois ce que je veux dire ? » Chanteur à ses heures, le maire de Saint-Côme, Martin Bordeleau, sera même sur scène au Club Soda, en compagnie de ses concitoyens. « Ils sont tellement impressionnants ! s’emballe Nicolas Boulerice. Ils ont un swing particulier, leur musique est contagieuse ! »

Gaston Nolet ne fait pas partie des Aînés de Saint-Côme, mais il n’en est pas moins une « légende » à lui seul, s’enthousiasme Boulerice. Une référence de l’accordéon sur la scène trad québécoise, Nolet sera de l’orchestre monté pour la session de danse. « C’est une soie, cet homme — à la fois dans son jeu et dans sa vie —, un monsieur d’un grand raffinement. Lorsqu’on l’a invité à La veillée, il était comme un enfant ! Il est fier de monter sur scène avec des plus jeunes » musiciens de l’orchestre de danse, Olivier Demers, André et Réjean Brunet (tous trois du Vent du Nord), le calleur Erick Tarte et la violoniste, chanteuse, ethnomusicologue et professeure à l’Université Concordia Kate Bevan-Baker.

Cette 26e Veillée sera particulièrement émotive pour Le Vent du Nord puisqu’il s’agira du dernier concert du guitariste Simon Beaudry, membre de la famille souche Beaudry de Saint-Côme, après une vingtaine d’années d’éreintantes tournées mondiales avec l’orchestre. Et comme la vie fait parfois drôlement les choses, Gaston Nolet sera de ce concert historique… lui qui partageait la scène avec Le Vent du Nord lors du tout premier concert que Beaudry a donné avec le groupe.

« Je m’en souviens, c’était à Sainte-Marie, en Beauce, dans un événement qui s’appelait Gigue en fête », aujourd’hui rebaptisé le festival Couleurs du monde, se remémore Simon Beaudry. « C’était le 1er juillet, mon premier concert à vie ; on a joué ensuite dans une veillée de danse avec Gaston Nolet, qui ne doit pas s’en souvenir aujourd’hui. » Le guitariste se promet de rappeler à Nolet que, par son illustre présence à La veillée, il contribue à boucler la symbolique boucle. « Je demeurerai à jamais un Vent du Nord, je l’ai tatoué sur le coeur », ajoute Beaudry, qui a démissionné du groupe pour se consacrer à sa jeune famille.

Pour Nicolas Boulerice et ses collègues du Vent du Nord, « il y aura beaucoup de fébrilité et d’émotions à cette soirée. De cette année qui se termine, je retiens une quantité de spectacles, un prix remporté en Grande-Bretagne » il y a deux semaines, le prix Amériques décerné par le réputé magazine spécialisé Songlines.

« C’était la première fois qu’un groupe francophone le remportait. Puis, il y a eu le Félix remporté plus tôt pour l’album Les voix du Vent avec cordes et piano [avec Le Quatuor Trad et Philippe Prud’homme], un projet plutôt atypique pour la musique traditionnelle en raison de ce lien entre la chanson et la musique classique. Alors, bien sûr, on retient tous ces beaux moments, mais puisque nous sommes des êtres sensibles, le départ de Simon sera assurément ce qui nous aura touchés le plus en 2023. »

Un nouveau musicien intégrera bientôt Le Vent du Nord, qui mijote déjà son prochain album, une fois que sera « mise au monde une nouvelle cohésion » de groupe. Et vous l’aurez deviné : ce nouveau guitariste et chanteur est, lui aussi, originaire de la capitale québécoise de la chanson traditionnelle. Enfin, tous ceux qui ne pourront se déplacer au Club Soda, ouvrez votre téléviseur à 20 h : Le Vent du Nord proposera une veillée trad, « un gros show avec plein d’invités » enregistré sur scène à Halifax, qui sera diffusée sur les ondes de Télé-Québec.

La veillée de l’avant-veille

Au Club Soda, le 30 décembre, dès 20 h 30. Aussi, le spectacle préenregistré La veillée trad du Vent du Nord sera diffusé à Télé-Québec, le même soir, à 20 h. 

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author