Soudan: Plus de 30 civils tués à Khartoum, dont 23 dans des bombardements aériens

Au moins 33 civils ont été tués jeudi à Khartoum, dont 23 dans des bombardements de l’armée de l’air sur un quartier du sud-est de la capitale, a rapporté dans la nuit de jeudi à vendredi un comité d’avocats pro-démocratie.

Le comité avait annoncé jeudi que dix civils avaient été tués par des échanges de tirs d’artillerie dans la périphérie sud de Khartoum, capitale du Soudan déchiré depuis le 15 avril par une guerre pour le pouvoir entre deux généraux rivaux dans ce pays d’Afrique de l’Est.

Le conflit, qui oppose l’armée, sous le commandement du général Abdel Fattah al-Burhane, aux paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo, a fait plus de 12 000 morts, selon une estimation de l’ONG Armed Conflict Location&Event Data Project (Acled).

La guerre a aussi déplacé plus de sept millions de personnes, d’après l’ONU. Parmi elles figurent « 3,5 millions d’enfants », a déclaré à l’AFP Mandeep O’Brien, directrice du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) au Soudan.

« Le conflit au Soudan met gravement en danger la santé et le bien-être des 24 millions d’enfants, et donc l’avenir du pays, avec de lourdes conséquences pour l’ensemble de la région », a ajouté Mme O’Brien dans un entretien à l’AFP.

Jeudi à Khartoum, « 23 civils ont été tués dans un bombardement aérien du quartier de Soba […] et il y a de nombreux blessés graves », selon le comité des avocats.

« Impunité »

Dans la ceinture sud de Khartoum, « dix civils ont été tués dans des échanges de tirs d’artillerie dans un quartier résidentiel et sur le marché local », avait rapporté jeudi le « comité de résistance » local, une organisation de quartier qui gère l’entraide entre habitants.

Les efforts diplomatiques pour des négociations de paix au Soudan, déployés notamment par les États-Unis, l’Arabie saoudite et, plus récemment, le bloc régional de l’Afrique de l’Est, l’Igad, ont jusque-là échoué.

Dans un rapport jeudi, l’ONG Human Rights Watch a dénoncé les « violations massives » des droits des civils au Soudan par les deux généraux rivaux, fustigeant l’« impunité » qui a entraîné des « cycles de violence répétés » dans ce pays depuis deux décennies.

Avant de s’affronter, les généraux Burhane et Daglo s’étaient alliés pour mener un putsch et évincer du pouvoir en octobre 2021 les représentants de la société civile, mettant fin à deux années de transition démocratique.

Incapables de prendre l’avantage depuis le début de la guerre, les deux camps piétinent mais aucun n’entend faire de concession à la table des négociations.

Sur le terrain, les paramilitaires semblent toutefois prendre le contrôle de nouveaux territoires à travers le pays depuis des mois face à une faible résistance de l’armée.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author