Tekken 8 – Test de Tekken 8 – Get ready for the next battle

11 min read

Ceci est l’histoire des Mishima

L’histoire est la suite de celle de Tekken 7. Kazuya Mishima, après avoir tué son père Heihachi, continue dans sa volonté de dominer le monde et le seul espoir de l’humanité est dans les mains de Jin Kazama, fils de Kazuya. Toutefois, tout ne se passe pas forcément de manière idéale, car Kazuya est bien plus fort qu’il n’y paraît et Jin ne fait clairement pas le poids. Ce n’est que via un long chemin et la rencontre de nombreux alliés que Jin pourra espérer rivaliser avec son paternel.

L’histoire de Tekken 8 est certainement l’une des plus importantes comparativement aux différents épisodes déjà sortis. Nous sommes ici sur 15 chapitres mettant en scène des combats entre différents protagonistes (majoritairement Jin Kazama) et antagonistes. Il est à noter que le jeu recherche à innover dans ses mécaniques pour éviter de proposer uniquement des affrontements classiques. Pas forcément de la meilleure des manière d’ailleurs, car on constate un manque de travail sur certains chapitres voulant proposer une vue à la troisième personne. Dans la même veine, certains combats, et notamment vers la fin de l’histoire, sont beaucoup trop longs.

Un des points qui m’a le plus déçu de ce mode histoire est notamment le doublage des personnages. Outre le fait de faire parler les personnages dans leur langue maternelle (enchaînant de ce fait du coréen puis du français puis de l’anglais dans la même scène), on se retrouve souvent avec des scènes peu inspirées où les protagonistes se répondent un peu machinalement et sans vraiment de vie dans le doublage. On notera d’ailleurs que certains doublages n’ont été réalisés qu’à partir de dessins plutôt que directement au sein des scènes.

À contrario, j’ai aimé que l’histoire se centre vraiment sur le conflit transgénérationnel Mishima avec une volonté se de développer à la manière d’un nekketsu. En matière de durée de vie, on retrouve trois modes de difficulté dans le jeu (facile, normal et difficile) et il ne vous faudra que quelques heures pour arriver au bout de l’histoire. Petit conseil, n’hésitez pas à aller en mode entraînement avant afin de vous essayer à Jin et à ses différents mouvements. En effet, dans 80% des combats, c’est lui que vous jouerez.

Outre le mode histoire, on retrouve aussi des morceaux d’histoire pour chaque personnage qui sont sympathiques sans pour autant vraiment approfondir ce que l’on sait déjà de chacun. Généralement, vous enchaînez 5-6 combats et vous avez ensuite droit à une petite vidéo mettant en scène le personnage. Par exemple, pour Asuka, son ennemi juré, Lili, l’empêche de créer son propre dojo et, de ce fait, elle combat afin de pouvoir le faire. Rien d’incroyable non plus, mais cela reste sympathique en matière de contenu.

Des nouveaux personnages

Le casting de Tekken 8 a été dévoilé petit à petit (et ce n’est pas encore fini, car on attend toujours le trailer de Devil Jin) et nous avons découvert de nouvelles têtes comparativement au septième opus.

Azucena Milagros Ortiz Castillo, c’est fort de café : Enjouée au possible, Azucena est passionnée de café et c’est d’ailleurs son métier. C’est un personnage toujours très positif, mais avec des objectifs peu clairs et qui ne concerne généralement que le café. De nationalité péruvienne, le personnage a été inspiré par un voyage de Katsuhiro Harada (père de Tekken). Au niveau de son style de combat, elle est considérée comme une combattante de MMA avec notamment une spécialité pour les esquives et les frappes puissantes.

Victor Chevalier, Vincent Cassel dans un jeu de combat : Aussi fort que Jean Reno dans Omnimusha, Victor Chevalier est l’élégance à la française, mais il est surtout directeur des forces indépendantes de l’ONU dans la Marine. Armé de couteaux, lames et armes de poing, Victor excelle tel John Wick dans le combat rapproché. Pour autant, il est capable de rapprocher rapidement de son adversaire, mais, avec son épée “Takemikazuchi”, il est aussi capable d’avoir une portée importante.

GadgetMatch-Tekken8-New-Characters-Announcement-Featured.jpg

Reina, mystérieuse mais pas que : Reina est un personnage qui présente plus de questions de réponses. C’est notamment autour de son style de combat que l’on s’interroge, car elle est capable de réaliser des mouvements du style Mishima qui rappellent ceux de Heihachi Mishima.

Bien que ce ne soit pas vraiment un nouveau personnage, Tekken 8 voit le retour de Jun Kazama qu’on n’avait plus vu depuis Tekken 3. Mère de Jin, elle fut assassinée par Ogre dans Tekken 3.

Ajouts divers et variés

Dans le cadre des ajouts divers et variés, on retrouve bien entendu le grand retour du Tekken Ball, un mini-jeu qui est arrivé dans la licence avec Tekken 3. L’objectif est ici d’envoyer une balle vers le terrain de votre adversaire ou vers lui afin de lui infliger des dégâts. À chaque riposte, le ballon retourne vers l’ennemi en stockant davantage de dégâts. Le premier qui a ses points de vie à zéro perd le round. Un mode somme toute assez classique dans ses mécanismes, mais qui permet de diversifier les activités réalisés dans le jeu.

La quête arcade est un nouveau mode de jeu dans lequel vous rejoignez un univers similaire à celui du mode en ligne. Ce mode vous permet de réaliser différents didacticiel vous permettant, tant pour les joueurs débutants qu’expérimentés, de découvrir les bases du jeu.  Après cette découverte, vous aurez l’occasion d’affronter différents adversaires dans les salles d’arcades du pays. Votre objectif est de remporter le tournoi régional. L’idée est ici de proposer un mode qui vous permet de vous familiariser avec le jeu et ses mécaniques tout en proposant quelques bonus de personnalisation déblocable et un semblant d’histoire.

À côté de cela, on retrouve plusieurs modes déjà présents dans Tekken 7 comme le mode entraînement, la personnalisation du personnage (et ici dans le 8 de l’avatar des modes arcade/en ligne). On constate aussi un mode galerie qui permet de reprendre l’histoire depuis Tekken premier du nom. Concrètement, il apparaît que les différents menus sont toujours aussi plaisants et même personnalisables via un menu “favori” qui vous permet d’y mettre vos meilleurs modes de jeu.

Certains personnages que vous connaissiez sont toujours présents et ils ont même apporté leurs mouvements. Par contre de nombreux mouvements ont changé de statut et d’autres sont totalement nouveaux. Pour exemple, certains coups étaient considérés comme des launchers (qui permettent de débuter des combos/juggle), ils ne le sont plus maintenant et ont été remplacés par d’autres coups. De ce fait, même si vous connaissez bien votre personnage de Tekken 7, n’hésitez pas à repasser un peu de temps en mode entraînement afin de découvrir les nouveaux mouvements et changements.

Tekken 8 apporte deux nouvelles mécaniques : la Recoverable Gauge et le Système de Heat. Concrètement, la première est une possibilité pour le personnage de récupérer une partie des dégâts subis en bloquant certains coups puissants ou en subissant des combos aériens. La deuxième mécanique est une nouvelle barre appelée “Heat Timer“. Vous pouvez activer cette barre une fois par round pendant 10 secondes. Le mode Heat vous permet d’utiliser le Heat Smash qui est une attaque puissante et met fin automatiquement au mode Heat. Il y aussi le Heat Dash, qui vous permet, après certains coups, de foncer vers votre adversaire pour enchaîner sur un combo. En plus de cela, le mode heat fait qu’en cas de garde, votre adversaire subit des dégâts (transformés du coup en recoverable gauge). Un système qui apporte à la fois de l’agressivité, mais aussi une manière de revenir dans le combat si vous prenez un combo un peu trop puissant. Ce système demande encore quelques ajustements, mais il est plutôt bien pensé et surtout assez facile à mettre en place.

D’ailleurs, en parlant du mode entrainement, celui-ci a clairement été amélioré depuis Tekken 7. Il vous permet aujourd’hui, outre le fait d’apprendre les coups, d’aussi bien comprendre quand les utiliser.

Le mode en ligne

J’ai joué quelques heures en mode en ligne durant les créneaux disponibles et c’était clairement plaisant. J’avais un peu peur du lobby en mode personnage Mii, mais finalement, ce n’est pas vraiment gênant et la personnalisation permet de faire son Mii assez sympathique au final. Le lobby a plusieurs options tant en matière de personnalisation de l’avatar que d’entrainement ou de combat contre les autres joueurs. 

Niveau connexion, tout s’est bien passé, les serveurs ont tenu même s’ils n’ont pas vraiment été mis à rude épreuve. Je pense qu’il y a eu un maximum d’une dizaine de personnes connectées (influenceurs, journalistes, Youtubeurs….). À ce niveau, peu de chance d’être déçu, le mode en ligne de Tekken 7 était plutôt solide en soi.

Les rangs ont été modifiés et il y en a maintenant moins que dans le précédent opus, nous passons donc de 46 rangs à 30 rangs.

Du côté des combats, les enchainements de round sont BEAUCOUP plus rapides qu’avant et cela donne l’impression de constamment se battre. Il n’y a aussi plus de stage infini comme c’était le cas d’Infinite Azure sur Tekken 7. Ici, on retrouve de nombreux niveaux ayant des transitions entre le sol et les côtés des arènes si vous envoyez valser votre adversaire.

En conclusion

J’étais vraiment sceptique sur l’arrivée de Tekken 8. Après avoir passé plus de 250h sur le 7, je voyais arriver d’un mauvais œil les nouvelles mécaniques et aussi la volonté de rendre les combats encore plus agressifs. Après avoir tester le jeu pendant 15-20 heures et principalement en ligne, je dois dire que le travail abattu est quand même assez incroyable.

Tout d’abord, nous avons ici certainement le premier jeu Tekken à offrir une histoire soutenue même si imparfaite, mais ce n’est pas tout, c’est aussi le jeu Tekken le plus accessible à mon sens. Que ce soit via le mode arcade ou le mode entraînement, il est aujourd’hui beaucoup plus simple de se lancer dans l’aventure Tekken et de comprendre facilement les différents aspects et mécaniques de la licence. J’ai d’ailleurs trouvé que certains personnages (notamment Victor) avaient une logique de mouvement très intuitive en mode entraînement. On vous présente quelques coups et rapidement vous débutez des enchainements de manière intuitive et logique.

Que ce soit musicalement ou graphiquement, le jeu est assez incroyable. Pour le premier point, il suffit d’entendre la musique du trailer original pour se rendre compte de la qualité du titre. Si certaines musiques sont plus marquantes que d’autres, on reste ici sur un sample de qualité. De l’autre côté, graphiquement, on est aussi sur une véritable amélioration que ce soit au niveau des personnages, des costumes ou encore des décors. 

À mon sens, le seul point qui peut faire hésiter les joueurs actuellement, c’est le roster. En effet, pas mal de personnages ont actuellement disparu du roster et si c’était votre personnage principal, ça sent un peu mauvais. Il faudra espérer qu’il revienne dans le cadre d’un DLC, mais s’imaginer acheter un personnage que vous aviez déjà acheté dans Tekken 7 (comme Lydia ou Fahkumram), ce n’est pas dingue non plus.

Finalement, Tekken 8 se montre ici sur une facette clairement améliorée, revue et mieux pensée que le 7. Je n’ai pas eu spécialement l’impression d’avoir juste la suite de mes heures perdues sur Tekken 7, mais bien un nouveau produit fini et peaufiné au poil de cul pour offrir une expérience variée et accessible. Je n’aurais d’ailleurs jamais pensé dire un jour que Tekken serait accessible pour le coup…Si vous êtes un joueur de Tekken 7, vous avez normalement déjà précommandé le jeu et vous avez bien fait ! Pour les autres qui hésitent encore, si vous avez vraiment envie de vous mettre sur la tronche et que vous avez toujours hésitez à vous lancer dans l’aventure Tekken, c’est clairement l’opus idéal pour s’y mettre !

Ce test a été réalisé par Glaystal via une clé fournie par l’éditeur

You May Also Like

More From Author