The Day Before : entre crunch et amendes, les dessous du développement se précisent – Actu

3 min read

S’il y a bien une chose que le studio Fntastic a réussi avec brio, c’est à gérer la campagne marketing de The Day Before, faisant du naufrage généralisé qu’a été sa sortie un cas d’école d’autant plus marquant. Vendu comme un MMO-TPS dans un univers post-apocalyptique, la catastrophe industrielle s’est finalement conclue le 22 janvier dernier avec les fermetures des serveurs et la disparition dans la nature du studio et ses fondateurs. Non content de nous donner un historique peu glorieux de la gestion de leurs précédents jeux, l’enquête de Game Two et GameStar nous apprend que les frères Eduard et Aysen Gotovstsev étaient à l’origine d’un management des plus toxiques.

Les frères Gotovstsev lors d'une présentation officielle du studio
Les frères Gotovstsev lors d’une présentation officielle du studio

Avec le témoignage de 16 employés ayant travaillé chez Fnstastic, on nous détaille la méthode des frères, qui privilégiaient dans leur recrutement des jeunes développeurs de pays voisins comme l’Arménie ou le Kazakhstan. Ils profitaient de leur peu d’expérience et leur rêve de travailler dans l’industrie du jeu vidéo (tout en venant de pays marginaux dans le secteur) pour recruter. En plus de cela, le studio faisait appel à de nombreux bénévoles pour le community management, le marketing, la traduction ou le QA testing. Si ces derniers étaient remerciés par de la monnaie in-game sur Propnight, le succès du moment du studio, le véritable objectif des frères Gotovstev auraient été de construire une communauté rapidement autour du projet.

Ce recours au bénévolat était étendu à l’équipe de développement, qui a connu un crunch massif avec des journées de 16h de travail et jusqu’à deux mois sans un seul jour de repos. Pire encore, les employés pouvaient payer des amendes lorsque leur travail était jugé insuffisant. L’enquête révèle notamment le cas d’une amende de 1930 dollars pour des enregistrements de voix de “mauvaise qualité”. Magré ces conditions de travail, certains employés déclarent que les frères Gotovstev n’avaient pas de volonté d’arnaquer les acheteurs de The Day Before.

Selon eux, ces derniers sont surtout des managers n’ayant aucune direction claire de ce qu’ils veulent. Si le jeu avaient commencé comme un petit jeu de survie en Sibérie avec une direction artistique cartoonesque, chaque nouveau jeu que la fratrie avait l’occasion de tester amenait des nouvelles obligations. Un jeu en constante évolution qui amenait la petite équipe à avoir massivement recours à des assets Unreal Engine pour tenir la cadence et les doléances de leurs patrons. Même Mytona, l’éditeur du studio, n’a pas fait grand chose pour empêcher la catastrophe qui se profilait à l’horizon et quand les deux frères ont fait silence radio au moment de la sortie du jeu, l’équipe espérait encore pouvoir rectifier le tir, avant que les sus-cités réapparaissent quelques jours plus tard pour annoncer la fermeture pure et simple du studio, juste avant la fin de l’année.

You May Also Like

More From Author