The Last of Us Part II – Test de The Last of Us Part II – Je te le promets, cela va bien se passer / MÀJ du 16.01 : test de la version Remastered

11 min read

Mise à jour du 16.01.2024 : test de The Last of Us Part II Remastered

Sorti il y a déjà quasiment quatre années, The Last of Us Part 2 avait divisé rapidement la communauté de joueurs par son scénario et ses choix. On se souvient notamment d’un important drama autour de la taille des bras d’Abby ou encore certaines scènes du début du jeu mettant en scène Joël. Finalement, ce sera tout de même l’un des plus grands succès vidéoludiques grâce à une multitude de récompenses qui en font le jeu le plus primé de nombreuses cérémonies.

À l’instar du premier opus, une version « remastered » voit le jour le 19 janvier 2024. Une volonté toujours controversée entre les joueurs qui sont dans l’excitation de revivre les aventures d’Ellie & Abby et les autres qui n’y voient qu’un moyen de refaire passer les gens à la caisse. Toutefois, qu’on soit clair, les possesseurs du jeu n’auront qu’à débourser 10 euros pour profiter de cette nouvelle version. Pour les autres, il faudra compter 49,99 euros.

Screenshot_1.png
Screenshot_3.png

Concrètement, et c’est la question que tout le monde se pose sans doute, est-ce que ça vaut le coup de dépenser 10 euros pour cette version « remastered » ? Un des éléments principaux de cette version est notamment l’arrivée des « Lost levels », trois zones qui n’ont pas été implantées dans le jeu, mais qui se collent sans souci à la narration. Qu’on soit clair, c’est plus quelque chose de gadget que vraiment un contenu important à faire pour bien comprendre les tenants et aboutissants de l’histoire. Il faut voir cela plus comme un bonus qui s’accompagne aussi de commentaires de la part des développeurs. Vous avez donc la possibilité de comprendre vraiment le processus de développement de telle ou telle zone, de comprendre pourquoi certains choix ont été faits, etc.

On retrouve aussi, et enfin, un mode dédié uniquement à la musique. Pour rappel, il était possible dans The Last of Us 2 de jouer de la guitare et certaines personnes en ont fait un hobby en récréant certaines musiques. Grâce au nouveau mode, vous aurez l’occasion de profiter amplement de nouveaux instruments (toujours en lien de près ou de loin avec la guitare), mais aussi des options pour recréer une ambiance autour de votre personnage. Petit point sympathique, il est possible d’incarner le compositeur des musiques du jeu à savoir Gustavo Santaolalla.

Screenshot_4.png
Screenshot_2.png

L’ajout majeur reste le mode Rogue-like ou mode survie. Rien de révolutionnaire en soi, mais un contenu qui est là pour vous tenir plusieurs heures grâce à son système de récompenses à débloquer. Vous choisissez un personnage de l’histoire, vous vous retrouvez dans une arène avec des objectifs à accomplir. Réussir une carte vous permet de récolter des objets pour débloquer plus de contenu que ce soient des personnages, des costumes ou même des boss. À noter qu’il est possible de rendre les missions plus compliquées via des mods (ennemis invisibles par exemple), mais qui vous permettent notamment de récupérer encore plus de récompenses. Rien de révolutionnaire en soi, mais ce nouveau mode est plutôt agréable pour dire de passer le temps.

On pourrait parler des améliorations graphiques du jeu, mais je trouve sincèrement que c’est le point qui est le moins intéressant concernant ce remastered. Alors oui, certains plans sont plus beaux et parfois plus détaillés avec notamment une meilleure colorimétrie et une distance de détails des objets plus affinés. Est-ce que cela modifiera grandement votre expérience ? Pas vraiment. Le jeu reste assez beau dans l’ensemble et, à moins d’avoir deux images côte à côte, il est même fort probable que vous ne calculiez même pas la différence.

Screenshot_5.png
Screenshot_6.png

Est-ce que finalement ce contenu vaut 10 euros pour les possesseurs du jeu ? Oui et notamment grâce au mode survie qui offre pas mal d’heures de jeu pour peu qu’on accroche bien au gameplay général de The Last of Us. Les autres éléments apparaissent comme des petits bonus supplémentaires et pas forcément nécessaires. Je vous conseille peut-être d’aller vous chercher une version d’occasion et de vous prendre la mise à jour à 10 euros plutôt que de repartir sur un achat neuf histoire de faire quelques économies.

Précédemment dans The Last of US…

Sorti en 2013 sur PlayStation 3 puis en 2014 sur PlayStation 4, le premier opus se déroule 20 ans après qu’un champignon ait détruit la société humaine en transformant une grande partie de la population en des infectés extrêmement agressifs. Il intègre deux personnages principaux, Joel et Ellie, qui développent peu à peu une relation père-fille adoptive. En jouant sur tout un panel d’émotions, The Last of Us a marqué un ensemble de joueurs de par son histoire pluraliste, son gameplay et ses graphismes.

Eba3Dn0X0AASgnv.jpeg

Ettttttttt…. ACTION !

Dans The Last of Us Part II, Ellie et Joel vivent maintenant à Jackson dans une communauté qui a bien évoluée. Tout semble se dérouler à merveille malgré le contexte post-apocalyptique. Toutefois, ce semblant de paix est rapidement troublé par de nouveaux protagonistes arrivant près de Jackson.

Eba3VfaXgAALy2T.jpeg
Eba3VpsXkAAdME5.jpeg

Les codes de l’univers rappellent beaucoup ceux du premier jeu : ces espaces détruits par les bombardements, cette nature qui reprend peu à peu ses droits… De même, les expressions faciales des personnages, qui traduisent avec une facilité déconcertante les émotions vécues, demeurent bluffantes. L’utilisation du mode photo du jeu permet d’ailleurs de mieux cerner les traits du visage des protagonistes, que ce soit au niveau de la colère ou de la joie.

Eba1TEDWoAAc44X.jpeg

On regrette néanmoins que derrière ces aspects très détaillées, on retrouve une certaine rigidité dans le gameplay et les mouvements des personnages qui apparaît clairement comme un héritage du premier opus.

Si la conception scénaristique est intéressante et plutôt bien écrite, on regrette un peu sa mise en pratique dans le gameplay. On a une étrange sensation d’être embarqué de zone en zone avec pour objectifs d’aller d’un point A à un point B en essayant de passer outre les ennemis. C’est donc un sentiment de répétition qui peut naître chez le joueur au fur et à mesure de l’aventure.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire, qui a engendré d’importantes polémiques sur internet, nous vous invitons à consulter cet article, qui présente en détail l’histoire du jeu. Cet article contient de nombreux spoils, donc nous vous recommandons de ne pas le consulter si vous n’avez pas joué au jeu. Voyez davantage cet article comme un moyen d’échanger et de discuter de vos impressions sur l’histoire une fois le jeu fini.

Avec sa guitare et son couteau

Reprenant son héritage du passé, le gameplay de cette deuxième partie apparaît très similaire à son ainé. On retrouve comme cela un subtil mélange d’infiltration et d’action, mais qui s’est vu peaufiné de l’une ou l’autre mécanique. Ainsi, l’intelligence artificielle était peu satisfaisante dans le premier opus. Si elle est toujours loin d’être parfaite, on note toutefois de nombreuses améliorations, que ce soit au niveau des antagonistes ou de vos compagnons d’aventures. Pour les premiers, l’accent a été mis sur la collaboration. De ce fait, vos ennemis communiquent ensemble, sifflent pour annoncer leur présence et sont redoutables à courte portée. Il devient vraiment difficile de courir vers un ennemi pour l’attaquer au corps à corps, car celui-ci vous colle tout simplement un pruneau en pleine tête d’une précision incroyable. Vos compagnons, qui restent invisibles aux yeux ennemis, ont aussi des comportements plus logiques (la plupart du temps). Ils se cachent, attaquent les ennemis les plus dangereux et vous défendent au besoin. Il est même parfois préférable de les laisser gérer les situations de débordements, car ils n’ont aucune restriction de munitions et sont assez efficaces avec des armes.

Eba3DcHWsAA23X-.jpeg
Eba2C8JX0AA0iMp.jpeg

On note aussi une amélioration conséquente du combat au corps à corps (même si celui-ci tient sur deux touches). Il est possible d’esquiver des attaques ennemies et d’attaquer pour prendre l’avantage. Après avoir suffisamment fait souffrir son opposant, un mouvement d’exécution s’enclenche. Si cela ne révolutionne pas le gameplay, cela donne un aspect moins rigide au combat et permet aussi d’apercevoir des moments plus réalistes durant lesquels les éléments des décors sont utilisés.

Votre personnage dispose d’arbres de talents dans lesquels vous dépensez des stimulants (récoltés lors de vos explorations). Ces bonus vous permettent d’améliorer différents aspects du personnage comme votre visée ou encore votre facilité de création d’objet. L’exploration joue ici un rôle clé, car c’est l’unique moyen de découvrir de nouveaux arbres de talents. Tout le système de création d’objet est repris, lui aussi, du premier opus. Vous récoltez différents composants qui vous permettent de créer des cocktails molotov ou des kits de soins.

Pour les joueurs du premier, vous n’aurez aucun souci à prendre le jeu en main au vu des similarités. 

Enfin, il y a une tripotée d’options favorisant l’accessibilité. Outre la difficulté du jeu réglable, il est possible d’avoir des agrandissements au niveau de l’interface, un mode daltonien ou des actions automatiques. C’est toujours plaisant de voir un développeur prendre le temps de réfléchir à comment ouvrir son jeu à un maximum de joueurs.

Could you be the last of us ?

Difficile de parler de l’univers de The Last of Us sans mentionner Gustavo Santaolalla, ce compositeur argentin qui nous avait déjà offert une bande-son incroyable pour le premier opus. Il est de retour et clairement, cela vaut le détour. Ses musiques vous suivent au fur et à mesure de l’aventure et jouent un rôle encore plus particulier dans la relation que vous nouez avec Ellie. 

Si l’aventure du premier opus mettait avant une histoire peu originale, mais pas banale, elle restait dans sur un sentier très balisé. Cette suite n’hésite pas à sortir du schéma de base pour proposer différentes inspirations à tel point que j’ai ressenti quelques vibes Resident Evil par moment.

Eba3pHvXYAAJwZQ.jpeg
Eba2ZM4XsAEQuEd.jpeg

De plus, le titre propose des graphismes et des panoramas à couper le souffle. Naugty Dog profite ici de son expérience acquise durant cette génération pour nous procurer des images d’un réalisme époustouflant. Ayant testé le jeu sur une PlayStation 4 Slim, j’imagine que le rendu sur PlayStation 4 Pro, en HDR, doit être assez ahurissant. Le mode photo vous permet d’immortaliser au mieux ces moments et je vous invite vraiment à prendre le temps d’admirer le niveau de détails des décors et des plans proposés.

Finalement, et nous en parlerons plus en détails dans l’article dédié, The Last of Us Part 2 nous offre une histoire qui surprend le joueur à plusieurs niveaux. Il offre un cycle qui fonctionne jusqu’aux derniers instants, laissant le joueur à ses propres questionnements.

Au niveau de la durée de vie, on se retrouve facilement à une trentaine d’heures pour peu que vous preniez le temps de bien explorer les différentes zones. On ne peut que vous inviter à le faire, car cela apporte tellement d’éléments et d’histoires que ce serait dommage de passer à côté. Un New Game + est disponible pour refaire l’aventure encore une fois, mais cela n’apporte aucun élément scénaristique en plus. Cette deuxième partie est très proche du matériau de base, mais risque clairement de vous prendre à la gorge par rapport à son scénario. Il est possible que certains thèmes vous choquent ou vous paraissent inadéquats bien qu’ils ne soient en rien problématiques.

Eba2Ys3XQAASxlv.jpeg
Eba2rT3WoAEWOZp.jpeg

Rien ne presse pour découvrir ce titre donc n’hésitez pas à attendre les soldes si vous n’êtes pas sûr d’apprécier ou que le premier vous a laissé avec une impression mitigée. Il est aussi possible d’attendre la version PlayStation 5 du jeu, qui arrivera certainement rapidement, afin de découvrir le jeu sur cette console.

Nous vous invitons vraiment à ne pas tomber dans les clichés et à prendre le temps d’analyser l’ensemble de l’œuvre pour mieux comprendre la motivation du studio. The Last of Us est une expérience, un univers qui évolue sur plusieurs strates et propose du renouveau, du frais dans une industrie qui a de plus en plus tendance à copier ce qui fonctionne ou ce que le voisin fait.

Ce test a été réalisé sur PlayStation 4 par Glaystal grâce à une copie offerte par l’éditeur.

You May Also Like

More From Author