Travailler avec les libéraux, c’est comme tenter d’«attraper des anguilles huilées», dit Singh

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jagmeet Singh, estime que travailler avec les libéraux sur le projet de loi visant à créer un programme national d’assurance-médicaments a été comme de tenter d’attraper des anguilles couvertes d’huile.

Lors d’une assemblée publique à Edmonton, où les députés néodémocrates tiennent leur retraite présessionnelle, M. Singh a admis jeudi qu’il n’était pas « très amusant » de traiter avec le gouvernement libéral. Il estime que les libéraux « ne respectent pas leurs promesses » et sont fuyants.

Lorsque la Chambre des communes reprendra ses travaux, lundi, les députés néodémocrates affirment qu’ils continueront de faire pression sur le gouvernement libéral pour que ce projet de loi soit rédigé — M. Singh parlant même de « prochaine grande lutte ».

Dans le cadre de son accord avec les libéraux minoritaires à Ottawa, le Nouveau Parti démocratique (NPD) réclame un régime national qui couvrirait les médicaments d’ordonnance des Canadiens.

Une première ébauche du projet de loi a été rejetée par les néodémocrates en septembre. Depuis, d’autres propositions ont été échangées entre les deux partis, mais le NPD ne donne pas plus de détails — il affirme qu’il ne négociera pas en public.

M. Singh a déclaré à l’assemblée publique qu’il avait emprunté l’image de l’anguille insaisissable au porte-parole de son parti en matière de santé, Don Davies, qui négociait avec le gouvernement ce projet de loi-cadre.

M. Davies a déclaré qu’il laisserait cette image à son chef, et qu’il a bon espoir qu’un projet de loi sera déposé avant la date limite du 1er mars — dans cinq semaines.

Le NPD attend actuellement une réponse à sa plus récente proposition, a déclaré M. Davies, qui prévoit reprendre les discussions avec le ministre de la Santé, Mark Holland, la semaine prochaine.

Le parti a déclaré que la première ébauche du gouvernement laissait la porte ouverte à un système mixte public-privé dans lequel l’industrie pharmaceutique continuerait à réaliser « d’énormes profits ».

« Nous luttons pour trouver la bonne façon de fournir les médicaments sur ordonnance aux Canadiens, et cela passe par notre système public », a déclaré M. Davies. « Le NPD a été très clair là-dessus. Nous avons tracé une ligne très nette dans le sable. »

En octobre dernier, les délégués au congrès politique du NPD ont convenu de faire de l’assurance-médicaments une condition sine qua non dans leur accord de soutien et de confiance avec les libéraux. Les militants ont voté pour que le parti retire son soutien au gouvernement libéral lors de votes clés en Chambre s’il n’obtient pas ce qu’il demande dans ce dossier.

Si le NPD se retirait de l’accord, cela ne déclencherait pas nécessairement des élections anticipées : le parti gérerait plutôt au mérite chaque vote aux Communes.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author