Ubisoft Entertainment – Un trimestre « meilleur qu’attendu » pour Ubisoft, sur fond de préavis de grève

4 min read

Ubisoft affiche des résultats à la baisse mais meilleurs que prévus, portés principalement par son back catalogue plutôt que ses titres récents. Dans ce contexte, le STJV appelle à la grève pour de meilleures rémunérations.

Ubisoft

À certains égards, Ubisoft est un studio déconcertant. Voici quelques jours, le groupe breton publiait ses derniers résultats trimestriels (son troisième exercice fiscal, clos fin décembre dernier) faisant état de 626,2 millions d’euros de ventes nettes. Le résultat marque une baisse de 13,8% par rapport au même trimestre un an plus tôt, mais se révèle supérieur aux objectifs que le groupe avait annoncé (610 millions). Un résultat meilleur que prévu, donc, qui suffit à doper significativement le cours de bourse de la marque.

Faut-il y voir un regain de confiance de la part des actionnaires quant à l’avenir du studio ? Sans doute. Pour autant, si les résultats s’expliquent certes par les sorties d’Assassin’s Creed Mirage et d’Avatar: Frontiers of Pandora au cours du trimestre, Ubisoft peut surtout compter sur son back catalogue. Sur le trimestre, les anciens jeux du groupe (principalement Rainbow Six Siege et la licence Assassin’s Creed) ont généré 359,9 millions d’euros sur 626,2 millions (soit plus de 57% de ses activités). Sur les neuf premiers mois de l’année, le back catalogue d’Ubisoft représente 72,8% de ses activités (1,05 milliards pour le back catalogue sur 1,45 milliards de ventes nettes).

« Forte croissance » au quatrième trimestre

PrinceofPersiaTheLostCrown.jpg

Au-delà des résultats chiffrés des derniers mois, le studio lorgne évidemment aussi sur l’avenir et compte, au quatrième trimestre, notamment sur les résultats de Prince of Persia : The Lost Crown (le jeu a positivement surpris et recueilli de bonnes critiques) et prochainement sur Skull and Bones – le jeu traine une réputation assez peu élogieuse, mais pourrait détromper les tendances si les joueurs ne sont pas rebutés par son prix de vente (Ubisoft le commercialise comme un jeu « AAAA », mais annonce une exploitation sous forme de « jeu service »). Parallèlement, XDefiant doit aussi contribuer aux résultats du groupe, mais dans une moindre mesure du fait de son modèle free-to-play. Autant de lancements qui font dire à Ubisoft que ce quatrième trimestre augure une « forte croissance ». On fera le bilan dans trois mois.

À plus longs termes, Ubisoft promet aussi de présenter le détail de son catalogue de l’exercice 2024-25 (qui s’achèvera fin mars 2025), en mai prochain à l’occasion d’un nouvel Ubisoft Forward. Le studio y évoquera notamment Star Wars Outlaws qui doit immerger les joueurs un monde ouvert adapté de la licence Star Wars, ainsi que Assassin’s Creed Codename RED inspiré du Japon féodal. The Division Resurgence et Rainbow Six Mobile sont aussi attendus sur le front des jeux free-to-play.

Prévis de grève le 14 février

Si Ubisoft se montre donc confiant pour l’avenir, les salariés du groupe aimeraient manifestement être (mieux) associés aux résultats. Selon le STJV, les négociations annuelles obligatoires entre les salariés et la direction ont donné lieu à un budget d’augmentations des salaires « inférieur à l’inflation pour la seconde année de suite ». Un résultat jugé insuffisant, qui conduit le STJV à appeler à la grève ce 14 février dans les studios français d’Ubisoft, arguant que l’entreprise ne peut pas à la fois « rendre hommage à l’engagement exceptionnel des équipes » et ne pas en tirer les conséquences en termes de rémunérations.

De son côté, Ubisoft justifie sa rigueur salariale par une « politique de réduction de coûts » – dans le cadre de ses comptes trimestriels, le studio évoque des « restructurations ciblées dans certains domaines » et un « contrôle strict des recrutements et des projets de transformation dans l’ensemble du Groupe (qui) ont conduit à la poursuite de la réduction des effectifs », notamment dans ses studios canadiens.

You May Also Like

More From Author