Un moteur électrique sans terres rares pour Renault et Valéo

Les terres rares, un groupe de 17 éléments chimiques utilisés dans de nombreuses technologies de pointe, font aussi partie des moteurs électriques. Malheureusement, leur exploitation et leur traitement sont souvent associés à des problématiques environnementales et géopolitiques : ces éléments sont majoritairement extraits dans des conditions peu respectueuses de l’environnement et sont concentrés dans certaines régions du monde, créant ainsi des enjeux d’approvisionnement et de dépendance pour les industries.

Renault veut son indépendance vis à vis des producteurs de terres rares

C’est pourquoi l’initiative de Renault et de Valéo est particulièrement intéressante : les deux entreprises ont annoncé le développement d’un moteur électrique, l’E7A, qui s’appuie sur un rotor bobiné sans terres rares — réduisant de la sorte son empreinte carbone et l’impact environnemental de sa production. Par conséquent, le constructeur garantit son indépendance vis à vis des producteurs de terres rares, notamment la Chine. Le pays, en proie aux restrictions américaines, a d’ailleurs décidé de limiter l’exportation des équipements permettant d’exploiter ces éléments, ce qui va les rendre plus difficiles à trouver et plus chers à utiliser.

En privilégiant le rotor bobiné face à la technologie de moteur électrique à aimants permanents, l’E7A devrait proposer un meilleur rendement. Le moteur se distingue aussi par une architecture qui le rend 30 % plus compact à puissance équivalente par rapport aux moteurs actuels équipant les modèles Mégane E-Tech et Scénic E-Tech du constructeur automobile.

En plus de sa compacité, l’E7A affiche une puissance impressionnante de 200 kW, surpassant ainsi la version la plus puissante des moteurs électriques actuels de Renault qui est de 160 kW. Cette amélioration en termes de performance est à mettre au crédit du stator développé par Valeo, un élément essentiel dans la création du couple électromécanique du moteur.

Le moteur de Renault permettra également à la batterie de la voiture de se recharger plus rapidement. Il fournit en effet une tension système de 800 volts, le double de la tension actuelle de 400 volts. Cette augmentation de la tension permettra d’atteindre une puissance de crête plus élevée. Ce moteur est actuellement en phase de prototypage, la production en série étant prévue pour fin 2027. Il sera fabriqué en France, à l’usine de Cléon en Seine-Maritime. L’annonce est prometteuse, mais il reste à évaluer les performances réelles de ce moteur sur la route.

🟣 Pour ne manquer aucune news sur le Journal du Geek, abonnez-vous sur Google Actualités.

You May Also Like

More From Author