Une bataille de l’opinion publique se dessine en marge de la grève du secteur public

Une « bataille de l’opinion publique » se dessine entre le gouvernement Legault et les syndicats représentant un demi-million d’employés de l’État qui feront la grève la semaine prochaine, entrevoient quatre experts joints par Le Devoir. Il reste à voir à quels arguments les Québécois seront les plus sensibles.

Les 420 000 syndiqués du Front commun, qui regroupe quatre associations syndicales, feront la grève lundi afin de réclamer de meilleures conditions salariales et de travail dans les secteurs de l’enseignement et de la santé, principalement. Cette grève aura lieu de minuit à 10 h 30 dans les écoles primaires et secondaires et de minuit à midi dans les cégeps concernés. Cela viendra notamment retarder l’arrivée en classe des élèves fréquentant les écoles de plusieurs régions de la province, où le transport scolaire sera par ailleurs suspendu. Dans le milieu de la santé, des dizaines de milliers d’employés feront aussi la grève, mais ils devront continuer d’offrir des services essentiels à la population.

Ce sont ensuite 80 000 travailleurs de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) qui seront en grève les 8 et 9 novembre, tandis que la Fédération autonome de l’enseignement (FAE) déclenchera une grève générale illimitée à compter du 23 novembre si les négociations achoppent avec Québec d’ici là. Une vaste majorité des membres de la FIQ (95 %) se sont aussi exprimés en faveur d’un débrayage pouvant aller jusqu’à une grève générale illimitée.

Des risques à l’usure

Dans ce contexte, « une bataille de l’opinion publique » se dessine entre les syndicats et le gouvernement du Québec, qui tentent tant bien que mal de négocier le renouvellement des conventions collectives les unissant, relève Bernard Motulsky, professeur au Département de communication sociale et publique de l’UQAM. « Le risque, c’est que les gens se sentent perturbés » dans leur quotidien, ce qui pourrait affecter la sympathie populaire à l’endroit des associations syndicales, entrevoit l’expert.

Les répercussions sur les Québécois de la grève du 6 novembre, bien que limitées, pourraient tout de même marquer les esprits, note d’ailleurs le chargé de cours au Département de science politique de l’UQAM et analyste politique André Lamoureux. « Toute grève du secteur public a un impact sur les usagers, évidemment. Donc, ça veut dire que, dans les écoles, il n’y aura pas de cours ; les parents vont devoir s’organiser avec les moyens du bord pour que quelqu’un s’occupe [de la garde des enfants] et parfois ils auront l’obligation de prendre des congés au travail comme substitut » au service de garde, dit-il.

Cette grève ne sera toutefois pas suffisante en soi pour retourner l’opinion publique, en majorité favorable à sa cause, estime M. Lamoureux. En septembre, un sondage commandé à la firme SOM par le front commun syndical faisait état de 87 % de répondants en faveur d’une amélioration des conditions de travail des employés de l’État et de presque autant de Québécois estimant que les salaires de ceux-ci devraient « minimalement être indexés au coût de la vie ».

« Mais si une grève durait longtemps, comme la FAE qui pourrait faire une grève générale illimitée, bien ça, ça pourrait créer beaucoup d’insatisfaction chez les parents », prévient du même souffle André Lamoureux.

Actuellement, le Front commun réclame une augmentation des salaires de 20 % sur trois ans pour les employés de la fonction publique qu’il représente, une offre que « n’acceptera jamais » le gouvernement Legault, croit l’expert. Ce dernier estime donc que le risque que ce mouvement de grève s’étire est bien réel si le milieu syndical ne met pas de l’eau dans son vin. « Si les syndicats se cramponnent à leurs demandes sans négocier et sans faire de mouvement à la baisse, ça peut se retourner rapidement contre eux », prévient M. Lamoureux.

« Dans un contexte où les gens ont de la difficulté partout en raison de leur salaire, de l’inflation, de la difficulté à avoir des services, il y aurait un risque que l’opinion se retourne contre la fonction publique si la grève perdurait », poursuit le professeur. Le gouvernement disposerait alors de plus de latitude pour envisager d’adopter une loi spéciale afin d’exiger un retour au travail des employés de l’État, comme il l’avait fait en 1983 pour mettre fin de façon brusque à trois semaines de grève dans le secteur de l’enseignement au Québec.

« La stratégie, c’est que, si on réussit à obtenir une certaine sympathie à l’endroit de la position syndicale, on a l’arme de l’opinion publique. Mais à l’inverse, ça peut aussi servir au gouvernement quand il y a des mouvements de grève qui ne font pas consensus », indique également le professeur adjoint en communication publique et politique à l’École nationale d’administration publique Philippe Dubois. Ce dernier donne l’exemple de la grève étudiante de 2015 qui, en fin de parcours, faisait face à l’opposition d’une majorité de Québécois, plaçant le gouvernement libéral de Philippe Couillard dans une position de force.

La stratégie, c’est que, si on réussit à obtenir une certaine sympathie à l’endroit de la position syndicale, on a l’arme de l’opinion publique. Mais à l’inverse, ça peut aussi servir au gouvernement quand il y a des mouvements de grève qui ne font pas consensus.

En même temps, le principe de base d’une grève, c’est de « perturber la vie quotidienne des utilisateurs des services » comme arme de négociation. Dans ce contexte, on a vu les syndicats, dans les derniers jours, « insister sur le fait qu’on ne veut pas prendre les gens en otage, mais qu’on est rendu là par nécessité et qu’on demande à la population d’être solidaire », constate Philippe Dubois.

Des arguments bien définis

Dans cette lutte, les deux parties ont affiné les arguments qu’elles continueront sans doute de marteler dans les médias et sur la place publique dans les prochains jours, notent les experts consultés. D’un côté, les syndicats font valoir qu’au moment où leurs conditions de travail se sont détériorées dans les dernières années, notamment en raison de la pandémie, Québec ne leur propose pas des hausses salariales tenant compte de l’inflation anticipée dans les prochaines années. Le gouvernement, pour sa part, détient la carte du contexte économique difficile qui lui permet de souligner l’importance de respecter « la capacité de payer des Québécois » dans l’indexation des salaires des employés de la fonction publique.

« C’est un argument qui peut être porteur au sein de la population, qui est elle aussi prise avec la gestion de l’impact de l’inflation sur le coût de la vie », note Thierry Giasson, professeur titulaire au Département de science politique de l’Université Laval, qui constate que tant le gouvernement que le milieu syndical ont actuellement « de très bons arguments à marteler ».

Cette grève aura néanmoins lieu dans un contexte où le gouvernement Legault a vu ses appuis fléchir dans l’opinion publique au cours des derniers mois. Un sondage mené par la firme Léger faisait ainsi état mercredi dernier d’une baisse de quatre points de pourcentage des intentions de vote pour la Coalition avenir Québec (CAQ) en un mois, au profit du Parti québécois, qui a fait des gains du même ordre.

« C’est sans doute un énorme cadeau pour les centrales syndicales et les leaders syndicaux, qui voient que la lune de miel de François Legault est terminée », lance M. Giasson, en référence à ce sondage. Dans ce contexte, les syndicats peuvent entamer leur mobilisation « en sachant que l’appui populaire du gouvernement, il est en train de s’effriter », ajoute le professeur.

À voir en vidéo

You May Also Like

More From Author

How to get free coins in Parship the dat How Fir How I get Free Jetpack Joyride coins - 9 FREE ROMEO - Gay Dating coins 99999 How How war robots hack unlimited keys Tak Rescue Cut - Rope Puzzle Unlimited Free Ps5 Pay F Brawl Stars app Free coins - Brawl Stars Goo Nba google play redeem code today 100 free r Nba Fre Fre Truck games - build a house Free coins 2 HOW TO GET FREE Sonic Dash - Endless Run Supreme Duelist Stickman 2023 How to get How Get Psn Why HOW TO GET FREE 1km - Make a Friend arou Cas FS dating - dates and chat Free coins Gl Ggr Fre Bin How to get free coins in AfroIntroductio Upd Bin App F Ama Seg Ant How I get Free Bingo Aloha-Bingo tour at FREE NINTENDO 3DS THEME CODES Coi google play rewards get free google play Goo Free Blooklet - Brain teasers games coin Mon G Ama nba 2k23 locker codes september 2023 Gin Roulette Chat Video Omegle Ome free coin Nba Episode - Choose Your Story free coins 2 Hac Fre unused free paypal generator no human ve Mat Bes Fre How I get Free Dating and chat - Maybe Y Goo Tik 2 B M Rec Do Bubble Shooter Free coins 2023 iOS/iPhon Mon Qr Mon Modern Combat 5 mobile FPS free coins 20 Muslima Arab & Muslim Dating Free Unlimi Beach Buggy Racing free coins . Beach Bu How To REDEEM 150K coins For FREE In 1km TODAY S COIN MASTER FREE SPINS COINS LIN Mon Plants vs Zombies™ 2 2023 How to get fre How To Get Dr. Parking 4 ++ coins on iOS Pla Rea Parking Jam 3D free coins how to get fre