une comédie d’espionnage paresseuse et indigeste (critique)

2 min read

"Argylle" au cinéma : une comédie d'espionnage paresseuse et indigeste (critique)

Matthew Vaughn (“Kingsman”) s’auto-parodie lui-même dans “Argylle”, comédie d’espionnage lourde et paresseuse, sortie au cinéma ce mercredi 31 janvier 2024.

En 2014, le réalisateur Matthew Vaughn prenait tout le monde par surprise avec le premier épisode de la saga Kingsman, comédie d’espionnage rythmée et inspirée qui offrait une expérience totalement jouissive aux spectateurs. Dix ans plus tard, le cinéaste s’auto-parodie avec paresse dans Argylle, au cinéma ce mercredi 31 janvier.

Pourtant, sur le papier, l’idée était séduisante. Ce long-métrage suit l’histoire d’Elly Conway, une écrivaine sans histoire, autrice d’une série de romans d’espionnage à succès. Mais sa vie est bouleversée lorsque les intrigues de ses romans commencent à trop ressembler à la réalité et attirent l’attention d’une véritable organisation d’agents secrets.

Dans la distribution, Matthew Vaughn réunit un casting étoilé : Bryce Dallas Howard (Jurassic World), Sam Rockwell (3 Billboards), Henry Cavill (Man of Steel), Brian Cranston (Breaking Bad) ou encore John Cena (Fast & Furious) et Ariana DeBose (West Side Story). Avec des apparitions de Sofia Boutella, Samuel L. Jackson ou encore Dua Lipa. Rien que pour ça, le film suscitait la curiosité.

Faut-il voir Argylle ? Notre critique

Si les ingrédients semblaient réunis, Matthew Vaughn accouche d’un film lourdeau. Le long-métrage accumule les rebondissements et les twists, jusqu’à l’indigestion. On ne peut que se sentir las devant un énième retournement de situation, qui cache sous ses couches d’intrigues faussement alambiquées un film bien creux.

Cela aurait été moins gênant si la mise en scène et l’écriture offraient un divertissement efficace et survolté avec des scènes d’action enthousiasmantes. Matthew Vaughn essaye désespérément de refaire Kingsman, mais échoue lamentablement. Argylle n’a ni personnalité, ni consistance, ni fraîcheur. Pire, les scènes d’action, et surtout les effets spéciaux, semblent bâclés. Le casting n’arrive pas à sauver non plus les meubles, puisque seul Sam Rockwell arrive à insuffler un petit supplément d’âme et de charme à cette comédie qui offre beaucoup d’ennui à la place des rires.

You May Also Like

More From Author